Les pays d’Amériques latine réagissent face au harcèlement de rue

Les pays d’Amériques latine réagissent face au harcèlement de rue

les-harceleurs-de-rueEn France comme dans de nombreux pays du Monde, le harcèlement de rue est fréquent. Cependant ce phénomène atteint des proportions plus inquiétantes dans les pays d’Amérique latine.

Récemment, l’Argentine et le Chili ont commencé à discuter de projets de lois visant à combattre ce fléau, comme l’ont déjà fait le Mexique, le Costa Rica et le Pérou. Au Pérou par exemple ce désagrément fait depuis peu l’objet d’une loi très stricte, où les auteurs de harcèlement risquent désormais jusqu’à 12 ans de prison.

Certaines femmes vivent un enfer au quotidien : quand elles se rendent à pieds quelque parts pour une raison ou une autre, elles font faces à des comportement machistes.
Insultes, sifflets, harcèlement, propos indélicats…

Dans certains transports communs, l’heure de pointe est synonyme de cauchemar pour les passagères. Dans plusieurs pays du monde dont au Japon et au Mexique, il existe des rames de train réservées aux femmes et aux enfants.

Dans les pays d’Amérique latine, neuf femmes sur dix disent avoir souffert de harcèlement sexuel dans des lieux publics et, pour 70% d’entre elles, l’expérience a été traumatisante, selon une étude réalisée en 2014 par l’Observatoire contre le harcèlement de rue.

Cette association, née au Chili, a conquis l’Uruguay, le Nicaragua, la Colombie, le Pérou, l’Argentine et le Salvador.

Les réseaux sociaux ont joué un rôle important dans ce sursaut, car on y trouve principalement des jeunes, celles qui sont les plus vulnérables.

Au moment où les femmes intègrent de plus en plus le monde du travail dans les pays d’Amérique latine, il leur devient impensable de supporter encore ce genre de pratiques.

Malheureusement la frontière entre le compliment dans la rue et le harcèlement est souvent étroite.

Article connexe : Minimiser ses chances de se faire importuner par les hommes quand on est une passante

Laisser un commentaire